Sites et musées départementaux de l'Allier

Histoire

Un site prestigieux

Le musée occupe le pavillon Renaissance, construit entre 1498 et 1503, qui venait clore la cour du Château des ducs de Bourbon. L'édifice est la première illustration de la Renaissance en France.

Au rez-de-chaussée court une galerie dont les arcs cintrés reposent sur des piliers cannelés ; volutes et feuilles d'acanthe complètent un répertoire décoratif issu directement de l'Antiquité. Les écoinçons présentent l'emblématique des Bourbons : cerf ailé, ceinture Espérance, chardon ainsi que les initiales de Pierre et Anne de Bourbon.

Le pavillon est classé au titre des Monuments historiques.

Dans l'une des salles, on découvre une maquette du château qui donne une idée de l'importance de l'édifice.

Un musée municipal...

En mai 1842, la Ville créé un musée. Quelques toiles lui appartenant au moment de la Révolution française ainsi que des dons et des achats forment l'embryon de cette collection. Peu à peu, le musée se déploie dans toutes les salles de l'hôtel de ville. Les collections sont essentiellement composées de peintures et de médailles.

En 1878, un incendie détruit plusieurs tableaux dont des dépôts de l'État. Le ministère demande à la Ville de trouver un lieu plus adéquat pour exposer sa collection avant d'envoyer de nouvelles oeuvres à Moulins.

... et un musée départemental

Fondée en 1845, la Société d'émulation du Bourbonnais se donne pour mission « de s'occuper activement de former une collection d'objets d'art [en donnant] avant tout la préférence à ceux qui auraient été découverts dans le département de l'Allier ». Cette collection débute effectivement en 1851, à l'occasion de fouilles archéologiques sur la commune voisine d'Yzeure.

Devant l'importance des collections acquises, la Société sollicite l'aide des pouvoirs publics. En 1861, le Département dégage les fonds nécessaires à la création d'un musée départemental à la condition que la Société y mette en dépôt l'ensemble de ses collections. Un second musée est donc inauguré à Moulins le 15 août 1863 dans les combles du Palais de Justice. Il est géré par des membres de la Société d'émulation du Bourbonnais.

Le testament décisif de Louis Mantin

L'idée de regrouper les deux collections était en germe dès les années 1860 mais aucun projet n'avait pu aboutir. Le musée Anne-de-Beaujeu dans sa configuration actuelle doit beaucoup à Louis Mantin. Ses grands-parents avaient fait construire leur demeure sur une partie des ruines du château situé entre le donjon et le pavillon Anne-de-Beaujeu. Cet ancien sous-préfet fait construire à la place sa spectaculaire villa en 1896. Louis Mantin est investi dans la vie culturelle locale et occupe le poste de vice-président de la Société d'émulation du Bourbonnais de 1902 à 1904.

Lui-même collectionneur et amateur d'art, la création de ce musée lui tient particulièrement à coeur. Il rédige un testament qui scelle définitivement l'avenir du musée : il lègue sa demeure, ses collections et une partie de sa fortune aux pouvoirs publics pour la création d'un musée rassemblant les deux collections. C'est grâce à ce « coup de pouce » que le musée Anne-de-Beaujeu ouvre ses portes le 5 juin 1910, cinq ans après la mort de Louis Mantin.

Dernière mise à jour le 12/07/2017